• one shot pour le concour de bidge

     Je sentit mon cœur battre à tous rompre pour ensuite s’arrêté en une fraction de seconde, le temps qui lui à fallut pour finir sa phrase, aucune émotion ne paressé sur mon visage même si mon cœur hurlais se que je ressente,  je voulais révélé mes sentiments, mais rien, j’étais stupéfaite, comme sortit de se monde, à cette minute je suis sûr que je ressemblé à une imbécile scotché comme une statut, à se remémoré tous se qui c’étais passé dans sa vie depuis ses quatre dernière année, un sourire bête se dessiné sur mon visage et des larmes coulèrent le long de ma joue, je ne sais pourquoi d’ailleurs, cette scène je me l’étais imaginé des milliards de foie comme toute jeune fille mais jamais je n’aurais pensé qu’elle me ferrais cette effet là, que je la vivrais aujourd’hui, moi, l’incapable, l’inutile, la timide, étais désormais dans ses bras, lui, l’amour de ma vie, celui qui à réussi à me rendre le sourire, celui qui ma fais douté et ma offert le plus beaux noël de ma vie.

    Flache back  quatre ans plus tôt:

    On est en ans 2011, la cloche du lycée Cristiana viens de sonné indiquent la fin des cours, et le début de vacance bien mérité, parmi la foule de personne se bousculent à la sortit, en peut remarquer une jeune fille, elle à les cheveux d’un noir corbeau qui lui arrive aux épaules, ses yeux vert ressorte sur son doux visage, ses joues un peut rosi par le froid environnent, ses lèvres fine affiche un large sourire de joie et de satisfaction, vêtu d’un blouson rouge qui lui arrive au genoux, son petit bonnet et son écharpe blanche dans le qu’elle elle engouffre son visage comme un chiot, une voie interloque alors la jeune fille : « Corine » cria cette voie, sa devais surement être son nom, puisqu’à se moment précis elle se tourna, et croisa du regard un jeune homme celui qu’elle considérais comme son meilleur ami, Eliot, il à les cheveux marron, de beau yeux brun et comme à son habitude, son gilet bleu foncé qui ne le quitte jamais, Corine sourie de plus belle et en lui donnent un léger coup amical sur l’épaule droite, elle dit d’une voie légèrement enfantine : « alors t’à passé une bonne journée ? », son interlocuteur mis sa main derrière la tête, il le fessais souvent qu’en il se sente gêner, embarrassé, ou voulais absolument changé de sujet : « j’ai déjà connu mieux, je viens de recevoir l’une des pire notes de mon année, mais je vais me reprendre, je ferrais de mon mieux, en attendent j’ai hâte, c’est bientôt noël. » A cette instant la jeune fille ne savais pas que l'incompréhension allée envahir son cœur d’ici peut, et elle regagna sa maison accompagné d’Eliot main dans la main, le sourire aux lèvres. 

    Eliot rougie légèrement et dit en arrivent prés de la maison de Corine  en mettent sa main derrière sa tête: « dit tu à prévus quelque chose pour noël ? » 

    « non, pas vraiment, et toi ? » 

    « rien, mais dit tu voudrais bien qu’en le passe ensemble » 

    « oui, sa serais sympa, et je suis certaine qu’en s’amusera bien, mais ou en va ? » 

    Eliot, un sourire aux lèvres : « c’est un secret, tu verra bien, alors, je passe te cherché à dix-huit heur sa te va » 

    « parfais, alors je te dit au 24, à plus » dit elle en se dirigent vers sa maison 

    « oui à plus, et tête en l’air comme tu es, n’oublie pas notre rendez vous » 

    « oui » elle entra à l’intérieur, et une voie intérieur lui répéta un mot au qu’elle elle n’avais pas vraiment prêté attention quelque minute au par avent « rendez vous » un mais Quesque sa veux dire, en y repensent c’est bien se qu’il m’à demandé, elle rougie telle une tomate, c’est pour sa qu’il étais gêner et moi qui m’étais rendu compte de rien, mais qu’elle cruche, Eliot, es que c’est vraiment se que tu veux, comment je doit réagir, elle monta à toute vitesse les marche d’escalier et entra dans sa chambre en claquent la porte et s’allongent sur son lit, mais enfaite qu’es qu’il représente pour moi Eliot, un ami, non, c’est plus que sa, je me souviens le jour ou je l’ai rencontré quant il venais juste d’arrivé dans mon bahu, le petit nouveau qu’en à présenté à ma classe, comme d’abe toutes les filles n’arrêté pas de le regardé, il faux bien avoué, il es beau, et moi aussi il ne me laissais pas vraiment indifférent, mais pour la petite intello de la classe, celle qu’en considère comme un petit ange, qui ne connais rien à la vie  et qui n’avais qu’une seul véritable ami, se rapproché d’un garçon es certainement mission impossible, pourtant, j’ai étais chargé de lui durent les première semaine de son intégration puis le temps à décidé qu’il serais un de mes voisins, et plus les années défilé, plus en se rapproché, et pour évité de me prendre trop la tête j’ai fini par le considéré comme mon meilleur ami sans trop pensé au autre possibilité, mais oh, je ne sais pas, Eliot pourquoi à t’il fallu que tu me demande sa maintenant, je ne sais même pas se que je ressent. 

    Le temps à  passé, le 24 c’est aujourd’hui,  Corine à passé ses journée à réfléchir à se remémoré chaque jour, chaque souvenir passé en la compagnie d’Eliot, et plus elle l’y pensé plus son cœur battée la chamade, serait elle amoureuse de lui, chaque jour qui passé la honte Eliot, si elle pouvais le voir, elle ne sais pour quoi mais elle veux le voir, sa pensé l’obsède, et se jour est enfin arrivé, elle n’à presque pas dormi de la nuit, se qui la conduit à se réveillé au envièrent de midi, et c’est la qu’un cataclysme c’est installé dans sa tête, que devait elle faire, par quoi commençais, comment s’habillé, bon un peut de calme il me reste six heur, c’est largement suffisent, bon arrêtent de se bourré la tête, je n’ai qu’à faire comme d’hab, tout es toujours comme avent, rien n’à changer, elle avais beaux se dire sa, elle à tous de même mis deux bonne  heur pour choisir sa tenus, avent de finir bêtement par remettre ses vieux vêtement son pule blanc et on geon habituelle, quand soudain en frappa à la porte elle devenus raide morte, « se n’es pas encor l’heur » après dix bonne minutes à se torturé la cervelle, elle fini par ouvrir la porte et de la une jeune fille de son âge apparus, surprise quelle lui saut à son coup elle bascula à l’arrière et tombât, Sam sa meilleur amie, la seul jusqu’à présent à qui elle avais parlé de se rendez vous se leva et s’excusa avent de crié : « ne me dit pas que tu va y allez dans cette tenus », Corine se leva et en se tournent sur elle-même : « mais qu’es qu’elle à ma tenus »

    Sam la regarda et rappliqua sans plus attendre : « justement elle n’à rien, niet, je t’interdis d’y allais comme sa, si tu veux te faire plaqué dès votre première sortit alors je ne te retiens pas »

    Corine rougie légèrement puis soupira et marmonna dans sa barbe : «  mon dieux faite que je survive au tourment de la mode »

    En compta cinq petite minute avent que Sam ne se retrouve dans l’armoire de cette dernière et ses vêtement éparpillé aux quatre coins de sa maison « et maintenant tu va me faire le plaisir d’enfilé sa » dit elle on pointons du doit une mini jupe geon et une chemise en blanc et noir, un peut dans le style rock.

    « Mais tu sais bien que je déteste les jupes »

    « il y’à un début à tous et il faux souffrir pour être belle » répandit elle avec un clin d’œil à la fin, Corine s’inclina et enfila la tenus proposé, mais pour  sa coiffure alors la se fus la kata, Sam à essayais toute les coiffure inimaginable avent de opté pour un bouclé aussi simple que bonjours avec une petite barrette sur le coté en forme de fraise rouge  très mignonne, pour faire plus féminin, elle fini par prendre son sac bleu, quelle heur il est, déjà6 heur, il va bientôt être la !!!, Sam partit, tendit que Corine fessais les 100 pas en attendent l’arrivé de son cavalier pour la soirée.

       c’est quelque minute plus tard que la sonnerie se fis entendre, Corine qui descendit les escalier, pris un raccourcie, elle tombât sur ses fesse jusqu’à arrivé devant la porte, un cri se fis entendre de sa bouche, et c’est la qu’Eliot paniqué pénétra dans l’appartement en un fracas,

    « CORINE, TU VA BIEN » il devenus rouge pivoine on voyant la position de la jeune fille ou on pouvait parfaitement voir sa petite culotte bleu et blanche, détourna de toute vitesse ses yeux.

    Après se petit incident quelque peut gênent, les deux tourtereaux se mettaient en route, Corine marché un peut à l’arrière, Eliot ralentit le pas, et tous doucement lui prix la main, cette dernière un peut surprise le regarda, il étais crispé, elle rougisse, et leurs cœurs à l’unissent battée tous deux la chamade, un silence commençai à se placé, « oui, je l’aime, j’aime Eliot, se n’es pas un simple amie » pensa la jeune fille, quelque seconde plus tard, il se placèrent dans le bus, Eliot étais à coté de la vitrine, Corine sortit son MP3 et le plaça dans ses oreilles , le jeune homme la regarda et sans demandé la permission pris l’un de ses écouteurs et le plaça dans son oreille,

    « je la connais cette chanson » dit il

    « pas étonnent, on à les mêmes goue » dit elle en sourient : « en faite, tu peut me dire ou en va »

    « non, tu le sera tout à l’heur » lui rependit il

    « mmmmm, c’est pas juste »

    « tant pis pour toi » le temps passa, ils entendais tous deux la music, qu’en soudain le jeune homme sentit quelque chose se posé sur son épaule, c’étais Corine, elle dort et sourie, il la regarda elle es si belle.

    Une demi heur plus tard, le bus arriva, il réveilla la jeune fille et ils descendirent du bus, quelle fus sa surprise en voyant le festival, elle sursauta telle une sauterelle

    « trop biennnnnnnnnnnnnnnnnn » cria telle

    Ils passèrent la journée entre tous les stands la crispation qu’à vécu Corine durent ses quelque jour disparus, et un sourire embellisse son visage, ils s’amusé tous deux comme des petits fou, à vingt-deux heur tous le monde se rassemblé pour assisté aux feux  d’artifice, et dès que la première couleur efflora le ciel, Eliot se pencha près de l’oreille de sa bien aimée et dit : « je t’aime Corine »

    La jeune fille se tourna brusquement et ….

    Fin du flache back :

    sauta dans ses bras en l’embrasent langoureusement il me rendit se baissé, j’étais au septième ciel,

    « oui oui oui oui oui »  je ne fessais que répété ses trois lettre il me regarda tendrement, j’essayais d’arrêté le fluide qui coulais de mes Joux, je l’aimais tellement, et voilà comment Eliot l’amour de ma vie ma offert le plus beaux noël de ma vie, et ma demandé moi Corine en mariage à l’endroit même ou il m’à avoué qu’il m’aimé et ma offert mon premier baissé.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 21:23

    C'est magnifique! Super jolie! Bien écrit, décrie et j'en passe! Non franchement comment faire mieux! Tu es géniale!

    2
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 21:25

    c'est trop gentille, merci  beaucoup ^^

    3
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 22:22

    Il est cool!! J'ai aucune chance de te battre avec le mien :'(

    4
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 22:26

    merci, ne dit pas sa, tous le monde à sa chance, dit tu veux bien me donné le lien de ton one chot pour que j'aille le lire ^^

    5
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 22:32

    Eh bien tu vas la ou on doit s'inscrire pour le concour de bridge, il ya marque "Shizuka-sama84" et a coté ya un coeur, tu clique dessus et tu pourra le lire!^^

    Bon et bien, desolé mais je dois aller me coucher, bonne nuit!!^^

    6
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 22:34

    dac  bonne nuit 

    7
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 23:04

    Nan il a résonné il est trop bien moi non plus je ne pourrait pas battre le tien j'ai aucune chance <3

    8
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 23:58

    merci et j'ai lus les votre ils sent super eux aussi

     Shizuka-Sama84 : tu aurais du le mettre en mode article pour qu'en puisse mettre des com's

    9
    Samedi 25 Janvier 2014 à 07:11

    Ah, ouais, j'y avais pas penser....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :