• chapitre 17

    Tout d’abor vraiment je suis très très très désolé pour le temps que j’ai mis avent de posté se chap mais c’est pas vraiment ma faute (conscience : ah oui, non, arrête de mentir la vérité c’est que t’avais la flemme) oui c’est un peut pour sa aussi ^^ ‘’ mais pour me faire pardonnée voici mon nouveau chap et je tiens à dire que la fic précédente va être entièrement supprimé désolé mais je n’aime pas trop mais pour me faire pardonné à la place je mets une nouvelle, passé la voir si vous voulez j’ai déjà posté le chap 1, aller à toute :


    Chapitre 17 :


    Mon cœur à cessai de battre pendant quelque instant, je me suis sentit soulagé, libéré d’un poids, dans les bras de Sébastien, je m’étais laissé aller, mes larmes se défoulaient , je ne sais combien de temps j’ai pleuré, mais se qui est certain c’est que son chemisier étais complètement imbibé de mes larmes, je me sente en toutes sécurité, la fatigue me submergé petit à petit, je n’avais pas la force de résisté, mes paupières clauses, blottit contre son torse je fini par me laissé entrainé par mon sommeille dans le royaume de mes rêve en Compagni d’Arthur.
    Point de vue Sébastien :
    Elle c’étais endormis, je ne peux dire combien de temps elle à pleuré, et tous ceci à cause d’une seul personne, mon cœur me fessais de plus en plus mal à chaque foie que j’y repensé,  Arthur, qui peut il bien être, à quoi ressemble-t-il, rêve t’elle en se moment de le retrouvé ?, es telle amoureuse de lui ?, non, réveille toi Liliana, il n’es plus la, c’est moi qui suis ici, près de toi,  je ne te quitterais jamais alors réveille toi, Liliana……je déposa un baisé volé sur sa joue, lui murmura un je t’aime qu’elle ne pus entendre et sortit par la fenêtre comme à on entré, ma décision est prise et irrémédiable.
    Fin du point de vue de Sébastien


    Je me suis levée au horore, qu’es qui m’es arrivé hier, j’ai du male à m’en souvenir, la mémoire reviens petit à petit et je rougie violement, pourquoi je ne me suis pas retenu ??, comment sa se fais que Sébastien es cette effet la sur moi ?, qu’en il es prêt de moi, je me sens bien, je me laisse allais, je n’arrive plus à me retenir, je ne comprend pas.
     pour une foie je me suis levée avent mon petit Didi, je le regarde, et puis non, laissons le dormir, peut après je décide de sortir, vus que tous le monde dors pas besoin de déguisement, j’enfile ma robe, et ni une ni deux part sur le pont, le vent est frais et fais virevolté mes cheveux je ferme les yeux et me laisse bercé par le bruit des vagues, c’est tellement relaxent, je repense à Arthur , que fait il ?, à quoi pense-il ?, m’aurait il oublié ?, au fend je sais parfaitement que peut être je ne pourrais plus jamais lui parler, en es ami, et se que je lui avais dit ressemblé plus à un adieu caché qu’à un au revoir, pourquoi n’ai je pas pus le regardé droit dans les yeux et lui dire qui j’étais, pourquoi le destin nous à t’il réuni pour ensuite nous séparé, je sais que je l’aimais, je sais que je l’aime, mais je ne sais qu’en je pourrais le revoir, c’est injuste, pourquoi ?, c’étais pourtant  ma décision , je savais, mais pourtant j’ignoré, j’ignoré à quelle point sa allais me faire mal, j’ai sentit mon cœur battre, je l’ai sentit s’arrêter, se serré, se brisé, pourquoi tous ses sentiments, je n’arrive plus à le supporté, je me rappelle parfaitement notre première rencontre comment j’ai pus te revoir, comment tu ma aidée, ma sauvé, pourquoi il à fallut qu’en soie séparé, doit je réellement te dire adieux, je ne sais plus, je veux te revoir, je suis peut être égoïste, mais tous se que je veux c’est pouvoir te revoir, viens, je t’attendrais, viens, si je pouvais te revoir désormais je te révélerais tous, et tempi si en se revoie plus, si tu ne me traite plus comme avent, en moins je t’aurais dit se que je ressente, je t’aime, mais en ne peut être qu’ami, peut être même que d’ici deux ans tu m’aura oublié, tu aura rencontré plain de personne, tu serra partit de la ville, qui sais se qui peut se passé, j’ai male, mon cœur se serre, comment sa peut se finir comme sa, je doit me reprendre, je le sais mais je n’y arrive pas, sans le savoir je sens des larmes coulée le long de mes joues, je doit oublié c’est ainsi, mais, je sens l’éco de mes sentiments retentir, dois-je être une simple ami pour toi, j’ai tellement peur du future, Arthur, pourquoi n’es tu pas la, pourquoi ?, Arthur, sèche mes larmes, tu es le seul qui puise le faire, viens me voir, mon rêve est insolite mais je t’en supplie reviens me voir, ne me laisse pas, ne m’en veut pas, reste à mes coté, je ne sais plus quoi pensé, Arthur dès que j’accosterais, aucune marche arrière ne sera possible, si tu me retiens maintenant, je ne sais si j’aurais la force de te quitté une nouvelle foie, pourquoi ?, pourquoi je doute ainsi qu’en je pence à toi ?, tu me donne la force, mais tu intensifie mes doute et ma douleur, je voudrais remonté le temps, revenir en arrière, et pouvoir changé, j’aimerais devenir plus forte si en me donné trois vœux je les ai déjà en tête, je voudrais changé se code civile qui envenime notre paie, changer la relation entre les aristocrates et les villageois, comme sa plus personne ne soufrerais, je voudrais devenir plus forte et ne pas avoir à douté, et pour mon dernier vœux, je te ferais venir ici, Arthur, et on partira ensemble, j’aurais accomplis se que je voulais, et on pourrais resté ensemble, malheureusement, les rêves sent loin de se réalisé, je suis se que je suis, et je doit renoncé, je doit me séparé de toi pour ton bien, je ne doit être rien d’autre qu’une amis, je doit renoncé à l’être au quelle je tiens le plus, je ne doit plus tomber amoureuse, si je veux que tous se passe bien, je doit dire le mot que je déteste et ne veux pas prononcé, pour ton bien, pour mon bien, pour que tous puisse être heureux, pour réalisé ma mission, car je ne pourrais me concentré sur elle temps que je suis avec toi, adieux mon amour, la prochaine foie que je te verrai, si tu ne m’aura pas oublié, je te dirais tous, mais mes sentiments je les ensevelirai, plus jamais je ne ressentirai se sentiment qui m’à fais temps de male, plus jamais je ne ressentirai cette douleur qui martyrise mon cœur, adieux mon amour, ceci sera la dernière foie que je pleurerais.
    J’ai fini par retourné dans ma chambre, j’y es passé la journée, je n’ai pas revus Sébastien, et c’étais bien ainsi, j’avais tellement hante, tellement hante, pourquoi je n’arrive pas à me retenir près de lui, je ne comprend pas , c’est décidé des demain je m’excuse, dans deux jour en accoste, chère Sébastien, toi aussi tu va disparaitre de ma vie aussi vite que tu y es entré.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Février 2014 à 21:34

    O nan moi j'aimais bien sebastien

    2
    Jeudi 13 Février 2014 à 21:45

    n'es pas peur c'est pas encore fini, et plain de surprise t'attendent qui sais se qui peut arrivé ^^

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Jeudi 13 Février 2014 à 21:47

    sinon t'es passé voir la nouvelle fic que j'ai mis à la place de our futur, elle est dans la rubrique fic au nom de: deuxième fic: ma vie à basculé

    4
    Samedi 15 Février 2014 à 14:40

    Kya dans tes fesses Arhur! Tu as vues Mimi j'ai enfin choisis mon camp!!! Et je suis sûre que Sébastien va pas la laisser partir!

    5
    Samedi 15 Février 2014 à 17:21

    en verra bien, la suite j'ai commençais à l'écrire soie aujourd'hui ou demain

    6
    Dimanche 16 Février 2014 à 15:37

    nan j ai pas encore vu mes je vais voir maintenan et jai hate de voir la suite 

    7
    Dimanche 16 Février 2014 à 16:20

    Oui moi aussi!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :