• chapitre 16

     

     

    chapitre 16: Arthur, qui es?, arrête

    <

    chapitre 16

     

    Cela fais trois jours que je suis sur se bateau, pour compagnie j’ai mon Didi ainsi que Sébastien, depuis le soir du bal, il connais mon secret, je suis contente qu’il les prit ainsi, depuis toutes les années que j’attendais que quelqu'un réagisse comme sa, je ne sais pourquoi mais je sens que ma vie viens de prendre un Tournon que quelque chose va changer, et pour quelle raison ?, je l’ignore, mais j’ai peur, peur de se qui risque d’arrivé, de cette sensation.

     

    Changement de point de vus, inédit, pour vous voici Sébastien :

     

    Aujourd’hui, en c’est promis de passé cette journée ensemble, pour une foie que j’ai congé, je l’attend sur le pend, à proximité de sa chambre, et dire que c’est une princesse, qu’en je les vus sur l’estrade, je n’en croyais pas mes yeux, Lili la fille qui à fais enragé mon patron et qui m’à fais explosé littéralement de rire, et enfaite la princesse qu’en transporte!, je la voie, elle saute par le hublot, me regarde et court en ma direction, je rougie, qu’es qui me prend, je me tourne pour essayais de caché mon teint quelque peut gênent et observe la mer, en espèrent qu’elle n’ai rien remarqué,  une foie arrivé, elle me donne une petite tape sur le dot, je me tourne et l’observe, elle me dit d’une voie qui semble essoufflé : « désolé de t’avoir fais attendre »

     

    « Se n’es rien, mais dit moi tu es un vrais petit singe toi » dis je sur un temps moqueur

     

    « éh ho, non, pourquoi tu me dit sa ?? »

     

    « tu es sortit par le hublot de ta chambre, je t’ai vus d’ici »

     

    « hé bien, c’est la seul manière, tu t’attendais qu’en même pas que je sorte par la porte devant les garde comme sa, je suis sur qu’il se serais doutais de rien» elle avais dit sa en sourient et pivotent sur elle-même, sa m’à fais rire, je la regardé, puis lui proposa une balade sur le pend qu’elle accepta sans tardé.

     

    « tu sais tu es le premier après Didi qui sache pour Lili » dit elle

     

    « je voudrais bien le rencontré, depuis le temps que tu me parle de lui »

     

    « hin, de qui tu parle ??? »

     

    « de Didi » elle m’avais déjà venté les mérite de son petit compagnon des milliers de foie, et toujours avec la même énergie, donc je ne demandé plus qu’à le voir mais malheureusement c’est hors de question qu’elle le fasse sortir en étant lili, et c’est aussi impossible que la princesse vienne jusqu’à moi, au machine, tous sa pour me montré un chien alors qu’en ne se connais même pas, c’est vraiment difficile si seulement, non, il ne faux pas, je ne peut pas faire sa, je ne peut rien dire, je fus coupé de mes pensé par la voie de Liliana : « et si tu venez la nuit, personne te remarquerais, tu n’à qu’à entré par le hublot comme moi »

     

    « c’est un peut risqué et puis…. » elle me stoppa net avec des yeux semblable en tous point à se du chat beauté, « bon, d’acore, je viens se soir, à neuf heur sa te va, mais je ne tarde pas sinon il risquerais de me prendre, et je te dit pas le scandale»

     

    Elle n’avais rien compris, je crois qu’elle es plutôt lente pour se genre de chose, mais imaginé seulement la princesse et un matelot du même âge qu’elle, dans sa cabine, en plaine nuit, de plus si en aprons qui je suis alors la se sera la goute d’eau qui fera débordé le vase, ah, mais qu’es que je raconte, je tourna mon visage pour contemplais la jeune fille à mes cotés, elle est si belle, pourquoi je rougie moi, c’est trop embarrassent, allais il faux que je me change d’idée, si sa continus je vais devenir rien d’autre qu’un gros pervers.

     

    « et dit moi comment tu fessais au château, j’ai du male à m’imaginé que tu resté toutes tes journée enfermé, alors, j’ai tord ?» dis je, c’est vrais sa m’intrigué.

     

    « non, en peut pas vraiment dire sa»

     

    « allez raconte, s’il te plais, je veux savoir »

     

    « j’ai plusieurs option, la première est la porte principale je m’habillé seulement en garçon et essayais de me faire passé pour un employais du château, et je prenais mes habit de princesse avec moi dans un sac pour pouvoir rentré, mais après en m’à pris pour un voleur à cause des habit (en dissent sa son visage c’étais quelque peut attristé, à quoi pouvait elle bien pensé, qu’es qui c’est passé ???) mais j’ai réussit à m’enfuir, et depuis se jour je me fais passé pour une serveuse pour pouvoir sortir par la porte de derrière, celle des employais »

     

    « et bien en peut dire que tu leur mènent la vie dur »

     

    « N’exagèrent rien, de plus je peux t’assuré que t’à vraiment de la chance »

     

    « Quoi, moi ? »

     

    « Oui, je te dit pas le nombre de foie ou j’ai souhaité pouvoir abandonner mon titre et vivre tous simplement en temps que Liliana, je sais que c’est difficile de subvenir à ses besoin, mais je voudrais franchement le faire »

     

    « et pourquoi tu ne le ferais pas ?, tu en à le droits, personne ne peut t’en empêché »

     

    « si, il y’à quelqu'un »

     

    « qui ? »

     

    « Moi-même, je ne pourrais pas, sa serais comme tous laissé, toutes ses années, je ne peux pas tous simplement regnée mon identité, et si je le fais je veux avoir accomplis se que je veux, sa peut paraître bête mais mon rêve serais d’être accepté en temps que moi-même, pouvoir changé un peut les choses, sa serais bien » en dissent sa ses yeux brillé, mais dans ma tête mile et une question se bousculé.

     

    « et tu pence que si en décline son nom, c’est qu’en abandonne »

     

    « oui pour moi c’est sa » en entendent ses mots mon cœur s’entre choqua, elle continua son se douté de l’impacte quelle exerçais sur moi « si j’abandonne,  sa serais comme si je leur donné raison, comme si je n’avais aucune emprise sur ma vie, vus que c’est eux qui m’aurons poussé à faire sa, alors pas question, je vais leur montré que même au boue de deux ans je resterais la même, en plus tous ses aristocrates de malheur ne pence qu’à une chose je le sais déjà, le trône, je ne suis pas naïve, qu’en il me regarde se n’ai pas l’être humain qu’il voie mais la couronne sur ma tête, alors pas question de la laissé à se que je déteste», elle me sourie, je lui sourie mais au fend elle venais sans le savoir de me montré un chemin que je ne connaissais pas, une idée qui m’avais jamais parcouru la tête.

     

    Il est neuf heur, je dois partir la voir, faite que tous se passe bien, je suis hipère tendu et pas seulement à cause des gardes, j’aurais jamais du accepter, comment tous sa va se finir, à chaque foie que je la voie mon cœur bas la chamade, je pence que ….je l’aime, je veux la voir, mais j’ai aussi peur de la voir, et après se qu’elle ma dit se matin j’ai … honte de la voir, je ne suis pas digne, comment faire, j’ai passé ma mâtiné à cherché une raiponce, et je l’ai, grâce à Lili.

     

       Me voilà près de son hublot, personne au horizon, profitent en, c’est vraiment haut, je me suis pas trompé, c’est un vrais petit singe, je réussi enfin à monté à la fenêtre bon la il faux sauté, je fini par me lancé sans voir à coté de moi et m’écrasa, bizarre, je n’ai absolument rien sentit, je lève ma main doucement et son le vouloir je la pose sur quelque chose de mou, qu’es que sais j’ouvre mes yeux et deviens absolument rouge pivoine, OH MON DIEU, je lâche ma main et me lève à toute vitesse, j’étais allongé sur Liliana, ma main sur sa poitrine, elle es aussi rouge que moi, l’ambiance est tendu et je peut entendre une mouche volé, je n’aurais jamais du venir, je lui lenca un salut quelle me rendu gentiment, elle se lève, viens vers moi et me demande si je vais bien, elle es si prêt, je lui repend que oui, elle se tourna et me dit de la suivre, en sort du salon pour pénétré dans sa chambre, je voie enfin le fameux Didi il es allongé sur le lit et me fixe, puis se lève et viens en ma direction, se rue sur moi et fais un plongent en me lèchent, grâce à lui un fou rire  générale éclata, je m’assoie par terre tendis que Liliana es sur  le lit, je joue un peut avec le chien lorsqu’elle me dit : « tu à de la chance, il t’aime beaucoup, il n’y à que quatre personne avec qui il es comme sa »

     

    « et avec qui je partage ma place ? » je regretté vite ma question qui lui arbora un triste air avec son sourire habituelle

     

    « et bien c’est moi, mes cousins, et….. (elle baissa quelque peut le son de sa voie) Arthur »

     

    « c’est qui Arthur ? » je savais bien que je n’avais aucun droit de lui demandé sa et je ne sais pourquoi je les fais d’ailleurs

     

    « c’est mon…..meilleur ami, le premier qui ne soie pas d’une famille noble ou quoi que se soie, et….je n’ai pas pus lui dire, je ne lui es pas dit qui j’étais, j’étais trop lâche, j’avais trop peur, pour lui c’est Lili qui es partit, même si il m’a vus, il ne ma pas reconnus, il doit surement être dessue de ne pas avoir pus me revoir avent de partir» j’ai un pincement au cœur, Arthur, elle à l’air beaucoup attaché à lui, elle à sans doute eu beaucoup de male à le laissé, tendis quelle sourie je voie une larme coulais le long de sa joue, j’en es marre de se sourire, pourquoi ne se montre t’elle pas, je veux voir la vrais Liliana, pas la fausse je n’arrive jamais à la cerné, elle pleur, les larmes coules mais son sourire ne branche pas, combien de temps va-t-elle le gardé, je voudrais pouvoir partagé ses souffrances mais elle ne me laisse pas, comment m’y prendre, je m’approche d’elle et la prend délicatement dans mes bras : « arrête, ne te retiens pas, pleur au temps que tu veux, je suis la près de toi, arrête avec se sourire, je voie bien que tu ne va pas bien » son sourire disparu ses larme continus à coulé, je la serre encor plus for dans mes bras, elle à l’air si fragile, si belle, qui peut bien être cette Arthur pour qui elle pleur telle, es que…es qu’elle serais…amoureuse de lui….je sentit mon cœur s’arrêté de battre, que m’arrive t’il, non, sa doit être faux, elle, elle l’aime ?.

     

    Voilà désolais du retard, pour me faire pardonné je vous ai préparé se chapitre qui introduit une nouveauté que peut bien caché Sébastien, à votre avie, dite moi vos avie sur se chapitre et à plus pour la suite, et pendent se temps à tous se qui veulent il y’à de cela une semaine j’ai commençais une nouvelle fic sur mon deuxième blog, passé voir pour se qui ne l’on pas vue, j’ai écris seulement le 1 er chapitre mais demain je mettrais le deuxième à l’occasion de la fin de l’année vous aurais aussi quelque mini histoire sur se blog à plus ^^ bonne année.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Décembre 2013 à 19:21

    Comme il est jaloux je suis sur qu'elle ne l'aime pas

    2
    Lundi 30 Décembre 2013 à 22:56

    ah je sais pas j'arrive pas à trouver mon camp même si Sébastien et plus du genre de ceux que je soutiens habituellement! Super chapitre et ça m'énerve je peux pas raler soit parce que elle pleure à cause d'Arthur soit à cause de son rapprochement avec Sébastien!

    3
    Mardi 31 Décembre 2013 à 10:43

    j'ai fais sa éxpre , enfaite vous avez deviné qu'elle es le secret de Sébastien???? car il risque de changé beaucoup les chose et je lui es réservé une grande place, il es l'un des personnage principeau, mais mystère et boule de gomme je vous en dirrais pas plus, sa sera mon seul indice ^^

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Mardi 31 Décembre 2013 à 12:47

    Alors je pense qu'il est sont futur mari et donc qu'il est riche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :